ORPHELINATS

1904

LIEGE
 

Omhoog • Antwerpen • Brussel • Hainaut • Liège • Limburg • Oost Vlaanderen • Vlaams Brabant • Wallonie • West Vlaanderen


Source : Ludovic Saint-Vincent, Belgique Charitable, nouvelle édition refondue et complétée par Mme Ch. Vloeberghs, Albert Dewit, Editeur, 1904


Schéma Province
Commune Nom Administration
Rue ou Commune après fusion destiné aux âge d'admission
Fondé en instruction, enseignement à charge de (à ch. de)
pension Personnel
informations diverses
schéma Liège top
Ans Orphelinat pour filles. Maison de la Providence Filles de la Charité de St-Vincent de Paul
rue Walthère Jamar Petites filles à partir de 2 ans
Instruction primaire, travaux de couture, de broderie, de lavage, de repassage
200 fr par an, plus un petit trousseau (valeur 50 fr.). lorsque les enfants ont atteint l'âge de 16 ans, la pension n'est plus exigé ; si elles ne quittent l'établissement qu'après leur majorité, on leur donne un trousseau
Les filles peuvent y rester jusqu'à 21 ans et même davantage.
Les jeunes filles de l'Orphelinat de la Providence font aussi le service pour la Maison de retraite pour dames (tenue aussi dans cet établissement)
Ce fut le premier établissement créé dans la région par les Filles de la Charité, dites Soeurs de St-Vincent de Paul. Elles s'y installèrent en 1866 pour soigner les cholériques; aussitôt le fléau passé, elles organisèrent un orphelinat.
Ans Orphelinat de filles Filles de la Charité de St-Vincent de Paul
Prix de pension à convenir avec la supérieure
Second établissement indépendant de la Maison de la Providence.
Baelen-sur-Vesdre Orphelinat pour les deux sexes Soeurs Franciscaines
Conditions à convenir avec la supérieure.
Cheratte Orphelinat-pensionnat pour garçons Soeurs des SS. CC. de Jésus et de Marie
(Visé) Garçons de 4 à 12 ans
350 fr. par an.
Cointe Orphelinat de filles Société de la Vieille-Montagne
(Liège) Les enfants du sexe féminin des ouvriers décédés de la Vieille-Montagne et, exceptionnellement, les enfants d'ouvriers veufs.
1898 Les élèves restent à l'orphelinat jusqu'à leur majorité et sont alors placées par les soins des religieuses
l' Orphelinat est annexé à l'Asile de la Société des mines et fonderies de zinc de la Vieille-Montagne. Filles de la Charité
Dison Orphelinat Hospices civils
1866 Orphelins indigents des deux sexes de Dison jusqu'à 10 ans
Instruction primaire et travaux manuels
Les garçons y sont entretenus jusqu'à 18 ans et les filles jusqu'à 19 ans.
Les orphelins étrangers sont admis à un prix de pension fixé à 300 fr. pour les garçons et à 250 fr. pour les filles. Soeurs de St-Vincent de Paul
Ensival Orphelinat Hospices civils
(Verviers) Enfants légitimes, orphelins de père et de mère, ayant, du chef de leurs parents, le droit de participer aux secours publics d'Ensival. de 6 à 10 ans
1893 Instruction primaire et travaux manuels
0,59 fr par jour (en 1904)
L'orphelin de père ou de mère peut être admis si l'époux survivant a au moins trois enfants au-dessous de 10 ans
Lorsqu'ils quittent l'orphelinat, les garçons sont placés aux Cristalleries du Val-St-Lambert ; les orphelines reçoivent un trousseau complet et sont placées par les soins des Religieuses Filles de la Charité de St-Vincent de Paul
Geer Orphelinat St-Joseph pour garçons initiative privée (*)
1893 Garçons orphelins 2 ans
Instruction primaire, après laquelle les élèves sont confiés aux Pères Salésiens, de Liège, pour faire leur éducation professionnelle.
Les orphelins étrangers sont reçus au prix de 200 fr. par an.
L'orphelinat se trouve au centre du village
(*) En 1884, Joseph Gaillard, curé de Geer, et le chanoine Frédéric Gréban de St-Germain s'associèrent pour créer un hospice. Mme la vicomtesse Darrigade mit à la disposition des organisateurs un terrain de 25 ares, auquel elle ajouta par la suite un hectare, plus une annuité de 1.000 fr. plus tard, des dons importants furent faits par MM. de Boussemart, Ancion, de Jaer et Prud'homme. Actuellement (1904) l'ensemble des établissement hospitaliers de Geer comprend :
1° L'orphelinat St-Joseph pour orphelins ;
2° L'orphelinat St-Antoine pour orphelines ;
3° L'hospice Ste-marie pour vieillards des 2 sexes.
Filles de la Croix

 

Geer Orphelinat St-Antoine pour filles initiative privé (*)
1893 Orphelines 2 ans
Instruction primaire et tous les travaux manuels
0,50 fr. par jour. Les étrangères sont admises.
L'orphelinat est situé au Pontia et est annexé à l'hospice Ste-Marie
(*) voir orphelinat St-Joseph à Geer.
Les orphelines restent à l'établissement jusqu'à leur majorité. Filles de la Croix
Herve Orphelinat de garçons Hospices civils
1857 Orphelins indigents de 1 à 16 ans
Instruction primaire et travaux manuels à ch.de l'Assistance public de Herve
Les orphelins étrangers sont admis au prix de 300 fr. par an Soeurs de St-Vincent de Paul
Herve Orphelinat de filles Hospices civils
1876 Orphelines indigents de 1 à 16 ans
Instruction primaire et travaux manuels à ch.de l'Assistance public de Herve
Les orphelines étrangères sont admises au prix de 250 fr. par an Soeurs de St-Vincent de Paul
Herve Orphelinat de filles Soeurs de la Miséricorde
Enseignement  primaire et travaux manuels, tels que lingerie fine, broderie, blanchissage, repassage, etc..
250 fr. par an, y compris la fréquentation des classes ; 200 fr. quand les orphelines ne fréquentent plus les classes.
Huy Orphelinat Charles et Léopold Godin Hospices civils
1863 Garçons orphelins et abandonnés de Huy, exempts de toute infirmité. 7 ans
Instruction primaire dans les écoles communales de la ville ; ensuite placement en apprentissage.
L'instruction religieuse est donnée par l'aumônier de l'hospice.
1,05 fr par jour (en 1904)
Une école d'adultes est annexée à l'établissement pour les orphelins qui sont en apprentissage ; ils peuvent aussi, après la journée de travail, compléter leur instruction primaire à l'école d'adultes annexée à l'orphelinat.
Ils restent à l'établissement jusqu'à l'âge de 18 ans ; si, à cet âge, ils ne sont pas encore capables de gagner leur vie, la commission peut leur accorder une prolongation de séjour à l'hospice, mais, en aucun cas, cette prolongation ne peut dépasser l'âge de 21 ans.
Il existe à l'orphelinat des fondations au profit des communes de : Vaux (2 lits) ; Borset (2 lits) ; Warnant (2 lits) ; Chapon-Seraing (1 lit) ; Bois et Borsu (1 lit). Soeurs de St-Vincent de Paul
Huy Orphelinat Godin-Parnajon Hospices civils
1865 Filles orphelines et abandonnées de Huy, exemptes de toute maladie ou infirmité quelconque 9 ans au moins et 16 ans au plus
Instruction primaire et tous les travaux manuels.
L'instruction religieuse est donnée par l'aumônier de l'hospice.
1,05 fr par jour (en 1904)
Les élèves restent à l'établissement jusqu'à 21 ans ; à leur sortie, elles reçoivent à titre de dot une somme de 100 fr. et peuvent emporter leurs effets d'habillement.
Il existe à l'orphelinat des fondations pour les communes de : Marchin (5 lits) ; Jehay-Bodegnée (1 lit) ; Strée (1 lit) ; Scry-Abée (1 lit). Soeurs de St-Vincent de Paul
Liège Orphelinat de garçons Hospices civils
rue du Vert-Bois Garçons orphelins ayant leur domicile de secours à Liège, nés des parents unis par le mariage. Ils doivent avoir été vaccinés et n'être atteints d'aucune maladie contagieuse. 7 à 12 ans
1619 Les orphelins fréquentent les écoles primaires de la ville ; ils suivent aussi à l'orphelinat certains cours spéciaux, en vue de l'apprentissage industriel.
L'enseignement religieux est donné par un aumônier.
Lorsque les orphelins quittent l'établissement vers l'âge de 18 ans, ils reçoivent un trousseau ou un demi-trousseau, selon leurs mérites : si leur conduite est satisfaisante, on leur donne également une gratification qui peut être renouvelée les années suivantes.
Il existe à l'orphelinat un certain nombre de lits fondés pour demi-orphelins, par les familles Lemille, Laloux, Dumont-Lamarche. Les conditions d'admission sont les mêmes que pour les orphelins.
On peut fonder un lit en léguant aux hospices une somme de 12.000 fr.
Fondé en 1619 par Gertrude Counotte et reconnu par un édit du Prince-Evêque du 27 septembre 1620, il fut inauguré en 1622 et portait le nom de : Maison des pauvres orphelins. Il était installé dans la maison de la fondatrice, 22, rue d'Agimont, où il resta jusqu'en 1892, date de son transfert à l'hospice des vieilles femmes incurables, 11, rue du Vert-Bois. Personnel laïc.
Liège Orphelinat de filles, Hospice Ste-Barbe Hospices civils
place Ste-Barbe Filles orphelines ayant leur domicile de secours à Liège, nées des parents unis par le mariage. Elles doivent avoir été vaccinées et n'être atteintes d'aucune maladie contagieuse. 7 à 12 ans
1619 L'enseignement religieux est donné par le clergé de la paroisse.
Il existe également quelques lits pour demi-orphelines. A part des fondations, les étrangères ne sont pas admis.
Fondé en 1619 par Gertrude Counotte et reconnu par un édit du Prince-Evêque de Liège du 27 septembre 1620 et situé anciennement rue d'Agimont.
Avant la Révolution française, diverses institutions religieuses recueillaient les orphelines. Le 4 fructidor an IX, la Commission des Hospices résolut de les réunir dans l'Hospice Ste-Barbe, qui avait été fondé vers 1698 pour recevoir les filles perdues, indisciplinées et sans abri. Les orphelines y sont encore aujourd'hui (c.à.d. 1904).
Personnel laïc.
  L'hospice des orphelins (garçons et filles) a été fondé en 1620, par Gertrude Counotie, veuve Vaes de la Vignette. En 1794, cet établissement renfermait cinquante individus. Peu après les filles furent envoyées dans un hospice spécial. Aujourd'hui [1854] la population des deux établissements, autrefois réunis, s'élève à deux cent vingt individus.  
Liège Orphelinat St-Jean Berchmans pour garçons Salésiens (Dom Bosco)
rue des Wallons Garçons pauvres, orphelins ou délaissés 12 ans
1891 But : les élever chrétiennement, les instruire et leur apprendre un métier, selon leur choix et leurs dispositions. On fait faire des études aux enfants qui en ont le goût et les aptitudes, qui sont de conduite irréprochable et qui donnent des marques de vocation ecclésiastique, surtout en vue des missions étrangères.
Tous ceux qui ne font pas d'humanités suivent les cours de l'école professionnelle. Des ateliers sont établis dans la maison, pour les métiers de cordonnier, de tailleur, de menuisier, d'imprimeur, de relieur, de mécanicien, de forgeron et de sculpteur en bois. Un contremaître est chargé de la direction de chaque atelier.
Outre l'enseignement professionnel, on donne aux apprentis une bonne instruction primaire et moyenne ; ils apprennent l'économie sociale, le dessin, le chant, etc.
Une société d'harmonie existe à l'Orphelinat.
250 fr. par an ; le directeur se réserve de faire, selon les cas et les circonstances, telle réduction qu'il juge convenable.
Au fur et à mesure que l'apprenti fournit un travail utile, le prix de la pension est réduit; lorsque le produit de son travail équivaut aux dépenses occasionnées par son entretien, la pension est supprimée.
Les apprentis reçoivent, à titre d'encouragement, une rétribution hebdomadaire en rapports avec leur habilité.
Les enfants ne quittent l'établissement que lorsqu'ils sont aptes à gagner leur vie.
Liège Etablissement des jeunes économes, pour filles Filles de la Croix
rue St-Martin Jeunes filles pauvres, de préférence les orphelines et les petites abandonnées. après leur première communion
1841 Instruction primaire, cours de religion et travaux manuels, tels que : lessive, repassage, couture, broderie, etc. Les plus âgées sont admises à l'école ménagère, où elles apprennent la cuisine et les divers travaux qu'elles devront connaître si elles sont appelées à la direction d'un ménage.
150 fr. une fois donnés si l'enfant a plus de 13 ans ; 300 fr. si elle a 12 ans, et 450 fr. si elle n'a que 11 ans ; plus un trousseau ou 100 fr., une fois donnés.
Elles restent dans l'établissement jusqu'à l'époque de leur majorité.
Créé en 1841 par Mme Lacordaire, belle-soeur du Père Lacordaire, il a été placé, en 1852, sous la direction des Filles de la Croix ; celles-ci sont aidées dans leur tâche par un comité de dames.
Liège Institut Michotte, pour filles Religieuses de la Visitation
rue Chevaufosse Filles abandonnées
1886 De 7 à 13 ans, elles suivent les cours de l'école primaire, donnés par une maîtresse laïque diplômée ; à partir de 13 ans, elles se rendent aux différents ateliers de couture, à la buanderie ou au repassage, selon leurs dispositions, et suivent les cours de l'école d'adultes, donnés chaque soir par une maîtresse laïque diplômée.
15 fr. par mois jusqu'à 16 ans ; gratuite après cet âge.
Les enfants quittent l'établissement à 21 ans et reçoivent un trousseau.
Fondé en décembre 1886, par la charité de Mme Michotte-Horne, en vue de recueillir les petites filles abandonnées sans surveillance dans les rues de la ville et de les soustraire à la misère et au vice. Mme Michotte fut secondée par des dames charitables, et l'institut prit rapidement une grande extension ; lorsque sa fondatrice mourut, le 8 mars 1898, il comptait une centaine de pensionnaires. Les Religieuses de la Visitation se joignirent alors aux dames laïques et acceptèrent la direction de l'établissement;
Liège Maison de la Miséricorde Soeurs de la Miséricorde
rue des Clarisses Petites filles pauvres, de bonne conduite. Les orphelines sont admises de préférence. après leur première communion
1819 Elles sont élevées chrétiennement et apprennent la couture, la broderie, le blanchissage, le repassage, la cuisine, etc.. Ces divers travaux sont destinés à la clientèle qui veut bien les confier à l'oeuvre.
350 fr. une fois donnés, plus un petit trousseau.
Les enfants peuvent rester à l'établissement jusqu'à leur placement ; cependant on ne les conserve pas après 23 ans.
Fondé en 1819 par quelques pieuses laïques, en vue d'aider au relèvement des filles perdues ; elle avait pris le nom de : "La Miséricorde", nom qui fut conservé quand Mgr Van Bommel eut, en 1844, donné, suivant leur désir, une règle religieuse aux Soeurs de la Miséricorde. Après l'ouverture du refuge des Filles de la Croix, les Soeurs de la Miséricorde transformèrent leur oeuvre de relèvement en une oeuvre de préservation.
Lize Orphelinat de garçons Société anonyme John Cockerill
(Seraing) Orphelins des ouvriers de la Société Cockerill depuis leur première age
1866 Instruction primaire jusqu'à 14 ou 15 ans, époque à laquelle les orphelins entrent comme apprentis à l'usine.
En 1903 l'orphelinat de garçons comptait 50 pensionnaires. Filles de la Charité de St-Vincent de Paul
Lize Orphelinat de filles Société anonyme John Cockerill
(Seraing) Orphelines des ouvriers de la Société Cockerill depuis leur première age jusqu'à 21 ans
1866 Instruction primaire et tous les travaux manuels. Une école ménagère est annexée à l'orphelinat.
A leur sortie, les orphelines sont placées, chacune selon ses aptitudes.
En 1903 l'orphelinat de filles et la crèche comptaient 90 pensionnaires (la crèche reçoit les petits enfants des femmes employées aux usines ou dont les maris y ont leur travail journalier). Filles de la Charité de St-Vincent de Paul
Moresnet Orphelinat de filles Soeurs du Pauvre Enfant-Jésus
(Plombières) Conditions à convenir avec la supérieure
Spa Orphelinat Bellenger Hospices civils
rue de la Géronstère Orphelins indigents des deux sexes garçons : de 3 à 18 ans
filles : de 3 à 21 ans
1896 Instruction dans les écoles communales et professionnelles de la ville.
Les élèves qui montrent des aptitudes particulières pour l'étude, pour l'enseignement ou pour le commerce peuvent être placés par la commission dans des écoles spéciales ou dans une maison de commerce.
à ch.de l'Assistance public de Spa
Les orphelins étrangers sont admis au prix de la journée d'entretien, fixé en 1904, à fr. 0,81.
Les garçons quittent l'orphelinat à l'âge de 18 ans accomplis, mais ils n'en restent pas moins jusqu'à leur 21e année sous la surveillance de la commission.
Les orphelines quittent l'établissement à 21 ans révolus. Toutefois, la commission se réserve d'accorder des prolongations de séjour, s'il y a lieu.
Les Filles de la Croix
Stavelot Orphelinat-Hospice Ferdinand Nicolay ou Hospice St-Charles Hospices civils
1845 Orphelins et vieillards indigents des deux sexes 3 ans
Instruction primaire et travaux manuels à ch. de l'Assistance publique de Stavelot
Les indigents étrangers sont admis au prix de la journée d'entretien, fixé en 1904, à fr. 0,79.
Les garçons quittent l'orphelinat à 18 ans, les filles à 21 ans. Les Filles de la Croix
Verviers Orphelinat de garçons Hospices civils
rue Ste-Anne Garçons indigents de Verviers, orphelins de père et de mère. Les enfants illégitimes orphelins de mère sont admis. Orphelins de père ou de mère peuvent être admis. 4 à 10 ans
1776 Instruction primaire dans les écoles de la ville et à partir de 14 ans, mise en apprentissage avec fréquentation de cours d'adultes.
Le prix de la journée d'entretien était fixé en 1904 à fr. 1,38.
Les étrangers ne sont pas admis.
Les orphelins, chacun selon leur confession, sont conduits, les dimanches et jours de fêtes, à leurs offices religieux respectifs.
Les orphelins quittent l'établissement à 18 ans et restent sous la surveillance de la commission des Hospices jusqu'à leur majorité. Personnel laïc
Verviers Orphelinat de filles Hospices civils
rue du Collège Orphelines de père et de mère indigentes de la ville de Verviers. Orphelines de père ou de mère peuvent être admis ; elles doivent être des enfants légitimes. de 6 à 12 ans
début du XVIe siècle Instruction primaire dans les écoles communales de Verviers et travaux manuels.
Les orphelines qui montrent des aptitudes particulières pour l'étude et l'enseignement ou pour le commerce peuvent être placées par la commission dans les écoles normales de l'Etat ou dans une maison de commerce.
Un ecclésiastique est chargé de donner l'instruction religieuse aux enfants.
Le prix de la journée d'entretien était en 1904 de fr. 1,39.
Les orphelines étrangères ne sont pas admises.
Les orphelines quittent l'orphelinat à l'âge de 21 ans et reçoivent une gratification. Personnel laïc
Verviers Orphelinat de filles, Maison St-Joseph Filles de la Charité de St-Vincent de Paul
rue des Grandes-Rames Petites filles orphelines
Instruction primaire et travaux manuels
200 fr. par an jusqu'à 16 ans. 50 fr. pour le trousseau. La pension est gratuite de 16 à 21 ans.
A leur majorité, si les parents ne les réclament pas, les orphelines sont placés par les soins de la supérieure, qui reste en relations avec elles.

 


Erik Zwysen, 24 januari 2005
Laatste aanpassing 08 juni 2016